Musique : Massive Attack "Butterfly caught"
Musique : Les Têtes Raides "Civili"
Musique : Alpha "Vers toi"
La nuit bleue, les ombres électriques. L'ivresse de toi, le vertige de ton absence.
Chaos
Musique : Radiohead "Prove Yourself"
Musique : Add N to X "revenge of the black regent"
Musique : Cocteau twins "Lorelei"
Musique : Arthur H "Lily dale"
Et si on commençait par abolir la douleur ?
Musique : Jorane "Ghost"
Musique : Radiohead "Everything in it's right place"
Musique : Alain Bashung "Aucun Express"
Musique : John Morris "The Elephant Man Theme"
Le monde s'écroule autour de moi, je suis pas sur de résister longtemps...et puis surtout, à quoi bon ?
Musique : Israel Kamamawiwo'ole "Somewhere over the rainbow"
Je n'habite plus dans une maison, mais dans une fourmilière... mon territoire se réduit à maintenant mon bureau, chaque centimètre étant âprement disputé à l'ennemi toujours en surnombre - je vais pouvoir considérer le génocide sérieusement.
Musique : Ella Fitzgerald "Trouble in mind"
He nacido llorando y cada dia me muestra porque
Musique : Tom McRae "A day like today"
Musique : Tue loup "Ma p'tite chanson"
J'ai mal à la tête et c'est à peu près tout pour le moment.
Réveil difficile...je n'ai pas dormis très longtemps, et les restes de la soirée d'hier se font cruellement ressentir... je pars en train. Des maisons abandonnées longent la voie, le bruit du train me berce je résiste avec un peu de mal pour rester devant les portes du sommeil.
Musique : Leonard Cohen "Avalanche"
Le journal me renvoie les échos de mon silence. La monotonie m'effraie.
Musique : Emilie Simon "Graines d'étoiles"
Je trouve qu'il émane une étrange beauté des maisons abandonnées; en prenant ces photos j'ai l'impression de remuer les souvenirs de quelqu'un d'autre... à travers ces murs qui transpirent leurs histoires, je suis témoin du temps.
Les ronces
Musique : Kid loco "Gypsie good time"
Musique : Cat Stevens "Lady D'Arbanville"
Retour au domicile familial, sans connexion internet. Je me sens autant libre qu'orphelin.
Musique : Placebo "every you and every me"
À moins d'être sur de pouvoir s'endormir ensuite, on ne devrait jamais faire le compte de tout ce qui ne va pas en allant se coucher.
| | |
All images copyright Johann Fournier