quadrature_ciel
La quadrature d'un ciel
Musique : Fever ray "When I grow up"

Les paysages sont des temples et nous y voyageons.

nager
Nager
Musique : Timber Timbre "Black Water"

Marin je - sillonne l'éther.

la mémoire des marées
Musique : Calexico "Inspiracion"
Le rêveur
Musique : Tom Waits "Sea of love"

Red is the color of my truth
( et 3 de mes images seront exposées à Lineart (Gent - Belgique) du 1 au 5 décembre avec la galerie Art Base. )

ouverture des ponts de mer...
Musique : Venus "Poison"
nous y sommes, ou plutôt nous y serons, de toute façon ça faisait trop longtemps que l'envie de faire peau neuve me brûlait pour attendre d'avantage. Alors en attendant que les autres portes s'ouvrent sur cette improbable construction, on peut toujours revisiter les images du journal (dépoussiéré pour l'occasion), si étrangement, on ne préfère pas à ce spectacle celui du passage blanc des nuages de Mai.
Musique : Massive Attack "Butterfly caught"
Musique : Tom Waits "Rain Dogs"
il marcha longtemps.
Les pupilles rétractées, saturées de lumières, la caresse du vent en accroche-peau.
Jusqu'à la plaine immense... l'odeur de l'herbe partout : sur des kilomètres, l'herbe rouge.
Novembre d'opaline, et les araignées d'argent dévoreuses de soleil tissant les fils cristallins des maelströms de lumière.
The Thief
Musique : Venus "beautiful days"
Si je vais me coucher maintenant...j'ai peur de ne plus jamais me réveiller...
(survolez)
Musique : Sixteen horsepower "alone and forsaken"
J'ai le rouge écarlate au fond des yeux, envie de dormir sans rêver, juste me lover dans les draps.
Miss Goldfish
Musique : Louis Armstrong "a kiss to build a dream on"
Attend le train pour l'autre rive.
Et 3 qui font 1
Musique : Tom Waits "blow wind blow"
« Toute créature vivante sur terre meurt seule. » 27 décembre, et 3 font 1. jour pour jour. pièce vide, lumière rouge, corps inerte. Froid. Décembre court et dent pour dent je pense à toi. il y a une boîte sous le menton, à faire tenir les âmes en place. les corps impatients de n’être pas encore - ailleurs. Reste la fuite, et sa ligne qui se tend à l’infini. Je ne dis rien. Froid.
"Toutes choses sont muables et proches de l'incertain"
Musique : Schubert "Auf dem wasser zu singen"
Il y a les souvenirs qui s'entrechoquent, dans le ressac des mémoires. Les fantômes qu'on bouscule la joue encore humide au coin de l'oreiller. Les mots que je tresse qui se mêlent et s'emmêlent, les remords à jeter. Les plaies qui tiraillent, et les crachats rouges de la mitraille. Croire, ne pas, ne plus. Désapprendre et surtout ne pas oublier. Comme quand je ne sais rien et que je sens encore. Rire des mots usés, qui par raison se font taire. Ultime prétention, que de se croire autre.
| | |
All images copyright Johann Fournier